Care Consulting, le cabinet de recrutement qui veut faire bouger les choses

Lu 16 Octobre 2017 |
Photo Care Consulting, le cabinet de recrutement qui veut faire bouger les choses

Rencontre avec René Miellot et Jacques Maubert les fondateurs

Care Consulting, le cabinet de recrutement qui veut faire bouger les choses

Il s’agit de l’un des plus anciens cabinets de recrutement spécialisés dans l’automobile. Care Consulting chasse depuis 20 ans les professionnels du secteur et les accompagne dans les entreprises une fois intégrés. Sa force : son expertise et sa connaissance des métiers selon ses dirigeants qui reprochent toutefois aux employeurs leur manque de motivation et une formation au rabais.

« Care Consulting a été créé il y a vingt ans pour s’occuper avant tout du recrutement des mécaniciens, des carrossiers et des peintres dans le secteur de l’automobile, à savoir des personnes qui n’avaient pas les moyens de communiquer et alors que ces métiers étaient totalement délaissés. Cela dit, nous travaillons sur tous les postes » précise d’emblée René Miellot son fondateur. Du préparateur VN / VO au directeur général en passant par le commerce, le secrétariat et la comptabilité, le cabinet de recrutement spécialisé dans les secteurs automobile, moto et camion chasse ainsi les profils de professionnels correspondant au projet de ses entreprises clientes. « En fonction de leurs besoins, nous proposons tel ou tel candidat et nous savons de quoi nous parlons. L’automobile n’a pas de secret pour nous. Moi et Jacques Maubert, mon associé, avons toujours travaillé dans ce secteur. Notre force, c’est notre expertise » avance René Miellot qui explique avoir des connaissances techniques mais aussi de l’expérience dans le commerce, la gestion d’entreprise et la gestion de projet.

Pour trouver la perle rare, les 4 salariés de Care Consulting font donc jouer leur réseau. Ils utilisent le bouche à oreille, passent parfois par Pôle Emploi et publient des annonces sur les réseaux sociaux. Mais les deux associés le reconnaissent : « Sur 100 profils, seuls deux ou trois sont des passionnés dotés d’une réelle expertise. Avant, on réparait des mobylettes dans son garage et on se dirigeait vers la mécanique par envie. Depuis une dizaine d’années, l’automobile est une voie de garage. Alors, oui, on se bat au quotidien. »

Le suivi des candidats

Dès lors qu’un professionnel est passionné et compétent, Care Consulting le prend donc sous son aile et le sollicite pour toucher d’autres professionnels. « Ces candidats sont précieux. Un bon élément peut devenir chef d’équipe en 5 ou 6 ans sans problème. Donc on le surveille, on le suit et surtout on prévient l’employeur qui de son côté doit valoriser cette personne-là » insiste René Miellot. « On sort donc de notre bureau. Une fois embauchés, on passe voir le professionnel dans l’entreprise et si les attentes du collaborateur ne sont pas au rendez-vous, on le signale à l’employeur » précise de son côté Jacques Maubert « car un passionné compétent va tirer son épingle du jeu. Un mécanicien va pouvoir devenir chef d’atelier. Il ne faut pas oublier qu’il y a de nombreux postes dans ces métiers. Mais à côté de ça, il y a beaucoup d’échecs et quand un professionnel n’est pas satisfait, c’est très clair, on le perd » poursuit René Miellot. « Alors que le contexte est devenu très compliqué avec des métiers qui ne font plus rêver, des tâches de plus en plus complexes, des salaires tirés vers le bas, notre rôle est de remotiver les troupes et de continuer à proposer des postes sympas. »

Remotiver les employeurs et modifier la formation

Si Care Consulting constate chez de nombreux candidats un manque de bon sens, d’assiduité, d’engagement, de respect des valeurs et des hiérarchies, le cabinet de recrutement pointe du doigt des employeurs parfois peu attentifs mais aussi une formation qui n’est pas adaptée. « Nous sommes passés d’un CAP en 3 ans à un CAP en un an alors que les véhicules sont plus compliqués. C’est un non-sens » s’insurge Jacques Maubert.

Les deux associés sont pessimistes et le reconnaissent. « Personnellement, mon regard sur l'avenir n'est pas très positif. Les constructeurs prennent en otage les réseaux de distribution. Les concessionnaires prennent en otage les différents intervenants salariés avec des CDD ou des systèmes intérim largement destructeurs, avec une clientèle de plus en plus exigeante. Mais on le dit pour faire bouger les choses » conclut René Miellot qui voit dans ce cri d’alerte une porte de sortie « si tout le monde intervient ». Care consulting ne propose que des embauches en CDI.

Hélène Lerivrain

Partager cette page

Retour à la liste

Publications récentes
  • Formation professionnelle : le GNFA
  • Auto1 recrute pour continuer à se...
  • Mecajob s'installe en Ile de France
  • Care Consulting, le cabinet de recrutement...
  • Focus sur le groupe Bernard
  • Interview de Loïc Serreau recruteur
  • Interview de Joël Gaucher - Groupe ESCRA
  • Sipa Automobiles, en croissance, recrute
  • « Un diplôme du Garac reste un vrai...
  • Vendeurs, mécaniciens, carrossiers, des...
S'abonner

Recevoir la newsletter VO-RH

Retrouvez VO-RH sur