Interview de Joël Gaucher - Groupe ESCRA

Ma 01 Aout 2017 |
Photo Interview de Joël Gaucher - Groupe ESCRA

« nous faisons en sorte que l’école soit connue, à vous de faire en sorte qu’elle soit reconnue »

Le groupe ESCRA, école de commerce automobile géré par la CCI du Mans et de la Sarthe, forme depuis 45 ans des professionnels pour tous les secteurs de la distribution automobile : constructeurs, équipementiers, réseaux automobiles, grossistes-distributeurs et distributeurs spécialisés. Rencontre avec Joël Gaucher, responsable de la formation au sein de l’établissement.

Quelles formations sont dispensées par le groupe ESCRA et à quels métiers préparent-elle ?

Joël Gaucher : Le groupe ESCRA propose trois formations de niveau bac à bac 5. Il y a l’Ecole professionnelle du commerce des réseaux automobiles (EPCRA), l’Ecole supérieure du commerce des réseaux de l’automobile (ESCRA) et l’Institut supérieur du commerce automobile du Mans (ISCAM). Ces formations qui accueillent au total une centaine d’étudiants préparent aux métiers de conseiller commercial, conseiller service mais aussi chef des ventes et responsable après-vente (après expérience). Certains évoluent vers des postes de responsable de site après 10 à 15 années d’expérience. Nous proposons également une quatrième formation un peu marge des 3 précédentes : il s’agit de l’EPMECA qui prépare au métier de moniteur auto-école.

Quel est le taux de réussite de vos élèves et le taux de placement une fois le diplôme en poche ?

J.G : Pour les trois formations principales dont je viens de vous parler, le taux de réussite s’élève à 90 % et le taux de placement est proche de 100 %. Les besoins sont très importants dans la profession.

Qu’est ce qui fait la force de votre école ?

J.G : La force de notre établissement, c’est sa réputation, sa notoriété mais nous avons l’habitude de dire à nos jeunes : « nous faisons en sorte que l’école soit connue, à vous de faire en sorte qu’elle soit reconnue ». On n’a pas de recette universelle, on travaille avec de l’humain. Les jeunes qui rejoignent le groupe viennent au départ par passion du produit automobile, charge à nous de leur enseigner les fondamentaux en matière de vente, de relation client. Nous leur présentons également la culture des réseaux de distribution qu’ils ne connaissent pas.

Quels sont les principaux enseignements à retenir quand on se lance dans ces métiers ?

J.G : Le premier défi pour un vendeur est de ne pas perdre un contact. En ce sens, il faut donc entretenir la relation client. C’est de plus en plus vrai aujourd’hui dans la mesure où les personnes qui se rendent en concession se sont renseignées dans un premier temps sur Internet. En plus de connaitre le véhicule, le vendeur doit donc également connaitre et proposer des services périphériques (extension de garantie, de financement, contrat d’entretien…). C’est son deuxième défi. Le vendeur a des objectifs de vente par produit et il doit tenir compte du mode de consommation qui évolue. Les ménages français sont de moins en moins attachés à la propriété du véhicule. La location qui correspond à une montée en gamme des véhicules se développe.

Vous avez parlé d’Internet de plus en plus présent, est-ce que cela risque de peser sur l’emploi dans le secteur ?

J.G : S’il est vrai que les flux sont moins importants qu’autrefois dans les concessions et que certaines marques expérimentent la vente exclusivement en ligne, je ne pense pas que tout passera par ce canal. En tout cas, pour l’instant je n’y crois pas. Une voiture reste un produit complexe avec des équipements, des options. A l’heure où l’on voit de plus en plus de véhicules connectés, il faut pouvoir expliquer de quoi il s’agit. Le contact humain reste à mon sens déterminant. N’oublions pas qu’acheter un véhicule est un investissement, le deuxième après l’achat immobilier.

Comment adaptez-vous les contenus des cours aux évolutions du métier ? Avez-vous des exemples ?

J.G : Nous travaillons beaucoup sur le e-commerce et les réseaux sociaux, Facebook ou encore Instagram. Les professionnels doivent savoir les utiliser à bon escient. Il faut également savoir utiliser les canaux classiques et les outils à disposition dans les réseaux mais les stages sont faits pour ça.

Quel est votre relation avec le monde professionnel de l’automobile ?

J.G : Si la question est de savoir quelles sont les marques qui recrutent le plus chez nous, j’ai envie de dire aucune. Pas plus les marques françaises qu’étrangères d’ailleurs. En revanche, chaque année, nous mettons en place un parrainage avec une marque ou un groupe de distribution. Marc Ouayoun, Directeur général de Porsche France est par exemple le parrain des promotions 2017. De manière générale, le groupe ESCRA entretient des relations privilégiées avec un important réseau d’entreprises partenaires. Ces entreprises s’impliquent dans les programmes de formation, proposent des conférences thématiques et offrent des opportunités de stages et d’emplois aux étudiants.

Hélène LERIVRAIN

Partager cette page

Retour à la liste

Publications récentes
  • Interview Hervé Nabet de Antal
  • Formation professionnelle : le GNFA
  • Auto1 recrute pour continuer à se...
  • Mecajob s'installe en Ile de France
  • Care Consulting, le cabinet de recrutement...
  • Focus sur le groupe Bernard
  • Interview de Loïc Serreau recruteur
  • Interview de Joël Gaucher - Groupe ESCRA
  • Sipa Automobiles, en croissance, recrute
  • « Un diplôme du Garac reste un vrai...
S'abonner

Recevoir la newsletter VO-RH

Retrouvez VO-RH sur